Des jeunes filles qui courent: le concours des Heraia à Olympie

  • Flavien Villard Laboratoire ANHIMA - Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Parole chiave: femme grecque, sport, Olympie, course, Héra

Abstract

En Grèce ancienne, les filles pouvaient participer à des courses rituelles. L’exemple le plus connu de ce type de rencontres est le concours des Heraia qui était organisé dans le stade d’Olympie et dont la source principale est un extrait de la Description de la Grèce de Pausanias. Si cette œuvre a été composée à l’époque impériale, une étude du culte olympien d’Héra, du mythe fondateur d’Hippodamie et de la réorganisation de la compétition au VIe s. av. J.-C. nous permet d’avancer que la course existait depuis l’époque archaïque. Dans la Grèce antique, les filles, à l’instar des hommes, pouvaient donc être associées à des valeurs positives au sein d’un univers athlétique et agonistique et encouragées à concourir. Toutefois, bien que les Heraia et la course des hommes à Olympie soient présentées de façon parallèle, il ne faut pas en déduire pour autant que les pratiques cultuelles du sanctuaire n’étaient pas genrées. Au contraire, les deux courses, notamment au moyen de leurs longueurs respectives hautement symboliques, engageaient chaque sexe à s’identifier à la figure de Zeus ou d’Héra, et, par le mariage, à reproduire sur terre l’équilibre céleste garanti par le couple divin.

Downloads

Download data is not yet available.

##submission.authorBiography##

Flavien Villard, Laboratoire ANHIMA - Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Flavien Villard est agrégé de Lettres classiques. Doctorant au sein du laboratoire ANHIMA (UMR8210), il prépare une thèse sous la direction de Violaine Sebillotte Cuchet à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne intitulée « Femmes et sport en Grèce ancienne du VIIIe au IVe siècle avant J.-C. ».
Pubblicato
2017-12-31
Come citare
Villard, F. (2017). Des jeunes filles qui courent: le concours des Heraia à Olympie. La Camera Blu. Rivista Di Studi Di Genere, (17). https://doi.org/10.6092/1827-9198/5379